Tous les articles

Derrière nos écrans de fumé, sur Netflix

Avatar

Netflix nous propose un documentaire qui montre les dérives de la Silicon Valley, et plus précisément les travers des réseaux sociaux en faisant intervenir d’anciens salariés qui ont eux même mis en place ces outils devenus néfastes pour la société.

Désinformation, addiction, altération de l’estime de soi… On nous propose donc de découvrir la face cachée de ces algorithmes.

Des révélations à relativiser

Netflix, vraiment ?

Il est important de mettre en avant l’hypocrisie de Netflix, présentant un documentaire à charge, avec un effet dramatique de la mise en scène tout au long des 90min. Musique, montage, tout est bon pour nous faire sentir le danger des méthodes mises en place par les GAFAM. Pourtant, Netflix utilise aussi ces méthodes pour vous garder sur leur plateforme et récolter nos données personnelles.

Alors oui, tout ce qui est dit n’est pas à ignorer, mais les réseaux sociaux ont aussi permis énormément de choses bénéfiques. Des familles séparées ont pu se retrouver, des gens solitaires ont pu trouver des amis en ligne avec qui ils ont les mêmes centres d’intérêts, certains ont pu trouver l’amour à des milliers de kilomètres d’eux, alors qu’ils n’auraient jamais pu se rencontrer autrement. Présenter uniquement les effets négatifs démontre le procédé biaisé de ce documentaire.

Que doit-on faire ?

La seule solution mise en avant par les divers intervenants l’attente d’une régulation de ces plateformes, comme pour la télévision, la radio ou tout autre média de masse.

Mais vous pouvez déjà agir à votre niveau pour éviter ce pistage en installant 3 plugins essentiels sur votre navigateur web :

L’impact sur les plus jeunes

Les réseaux sociaux tuent.

Le moment le plus intéressant pour moi est quand ils décrivent les conséquences réelles et dramatiques que les réseaux sociaux ont sur les plus jeunes, ou la polarisation, souvent politique des adultes, abreuvés par la désinformation.

Il est choquant de constater à quel point l’idée que les réseaux sociaux sont les uniques responsables de tous les maux de notre société plaise à autant de personnes.

The Verge

Beaucoup d’autres facteurs sont à prendre en compte, comme le climat social catastrophique, l’absence de vision de nos dirigeants, la crise climatique et j’en passe. L’absence de repères pour toute une génération ne devrait pas être éludée. On ne peut pas tout résumer à “C’est la faute des réseaux sociaux”.

En résumé

Ce documentaire permet de faire prendre conscience aux utilisateurs, et spécialement les parents qui ne savent pas forcément gérer ce problème avec leurs enfants, des différentes techniques de manipulation mises en place afin de jouer avec nos émotions, et connaitre l’existence de ces méthodes. Malheureusement, aucune solution autre que désactiver les notifications, supprimer les apps inutiles, ou l’attente d’une régulation par les états, n’est proposée.

Si vous avez apprécié ce documentaire n’hésitez pas à regarder Snowden, qui dans un autre registre vous montre les rouages sur la surveillance de masse, cette fois du côté des gouvernements.